Coût assurance habitation

Quand on parle assurances, on parle forcément coût. Et définir le juste prix d’une prestation, c’est assez compliqué, d’autant plus quand il s’agit d’une assurance habitation. Pourquoi ? Pour la simple raison que ces contrats sont non seulement la composante d’une multitude de garanties, mais qu’en plus, en fonction du lieu d’habitation, de la taille du logement, voire de la composition du foyer, les mêmes garanties auront un effet différent, et donc forcément, un coût différent.

Quel type d’assurance habitation ?

Suivant que vous décidiez d’assurer une résidence secondaire, un appartement d’étudiant, ou simplement votre résidence principale, les assurance habitation 2conditions ne seront pas les mêmes. Une résidence secondaire coûte toujours plus cher à assurer, du fait de son taux d’inoccupation. Et le montant des plafonds d’indemnisations est également plus bas. C’est ainsi.

Dans les faits, pour comparer les coûts d’une assurance habitation, il vaut mieux se ranger du coté des formules classiques, celles que l’on trouve commercialisées en directions des habitants de leur résidence principale, qu’ils soient propriétaires occupants ou locataires. Car, à quelques détails près, les garanties proposées sont les mêmes.

C’est donc ce que nous avons réalisé, en nous considérant locataires d’un bien en Bretagne Sud. Nous sommes ainsi parvenus à voir de plus près, et grâce aux simulateurs présents sur les sites des différentes compagnies, comment se décomposait le coût d’une assurance habitation.

Que prendre en compte pour comparer les coûts ?

Comme toutes les sociétés d’assurances ne fonctionnement pas selon le même modèle, la seule chose à faire est de comparer les garanties. Partez de la formule de base la plus élevée que vous pouvez trouver, celle comprenant le maximum de garanties, et alignez tous les autres contrats sur celui-là. Cela vous donnera une bonne idée des prix pratiqués d’une compagnie à l’autre. Ensuite, mesurez les montants d’indemnisation, et les montants des franchises. Au besoin, ajoutez l’option supplémentaire. Vous ne serez pas loin d’avoir trouvé le contrat idéal pour vous, en ayant fait un tour complet des prix.

Sachez que plus le montant des franchises sera bas, et plus le coût de l’assurance sera élevé. Plus les valeurs des biens déclarés seront élevés, et plus votre assurance habitation vous coûtera cher. Plus les plafonds d’indemnisations seront haut, et plus il vous en coûtera. Reste à trouver le juste milieu, la ligne d’équilibre, entre le futile et l’utile, entre le très bien couvert mais superflu, et le ce qu’il faut mais trop cher.

Dans le même ordre d’idée, un contrat MRH sera toujours plus onéreux pour un bien situé dans une zone à risques, tant du point de vue climatique que sous l’aspect lié aux cambriolages. Et une petite maison dans une bourgade paisible en Bretagne coûtera toujours moins cher à assurer que 150 m² en banlieue pavillonnaire d’une grande ville. C’est pourquoi une compagnie peut se trouver être la meilleure dans un cas, et la moins bien placée dans l’autre.

Quoiqu’il en soit, il vous appartient de faire bien attention aux différents points à regarder de près, comme nous le mentionnons dans la page dédiée aux comparatifs des assurances habitation. Et ce, afin de trouver le contrat MRH qui vous convient le mieux. Car le plus important reste quand même d’être bien couvert. Maintenant, pour un locataire d’une petite maison dans une calme bourgade Bretonne, et des garanties complètes et bien indemnisées, vous saurez que les prix vont de 171 € à 438 €.